L'expo photo du Paris de Saint Germain des prés

Dans : Blog > Actualité
  Publié le 19/10/2013 par Carole
  Une expo nostalgique vous attend dans la capitale jusqu’à la fin du mois d’octobre. Un air de déjà vu, celle d’une époque mythique, les années 50, dans un quartier qui en fait rêver plus d’un, Saint Germain des Prés. Il s’agit de l’exposition du photographe néerlandais Ed Van Der Elsken. Des photographies en noir et blanc immortalisant plus qu’une époque, un véritable style de vie et art de vivre.

« Love on the Left Bank », l'héritage d'une génération

  L’exposition intitulée « Love on the Left Bank » retrace la jeunesse bourgeois bohème du quartier huppés de Saint Germain des Prés. De la jeunesse dorée aux couples grunge en passant par les nuits folles de l’époque, le regard du photographe nous replonge au cœur d’une époque que nous affectionnons tous. Une jeunesse que nous admirions, à laquelle nous nous identifions et qui nous attendrit toujours un peu par son insouciance et son coté rebelle. Etonnamment, on retrouve un air de famille avec la jeunesse actuelle, désinvolte, élégante et dégradée. Un très bel hommage à cette époque révolue qu’il ne faudrait pas manquer à la galerie Vu‘. Ed Van Der Elsken rompt avec son époque. Il innove et s’éloigne du travail de ses homologues en prenant le contre pied de la photographie documentaire qui fait fureur à son époque. Il fait corps avec son sujet, entre dans l’intimité des scènes qu’il immortalise. Son regard complice fait partie de l’œuvre elle-même et nous transporte dans des scènes aussi douces que dynamiques. C’est parce qu’il a vécu aux côtés de cette jeunesse qu’il la capture aussi naturellement dans l’objectif. Pendant des années il côtoie ce cercle de jeunes délurés et partage leur quotidien. Sa pellicule a gout doux-amer qu’il cultive dans les portraits d’une jeunesse désemparée, en quête d’aventure et de drame. La folie des scènes où se retrouvent musiciens, artistes, écrivains et poètes dresse un portrait romantique et fougueux d’un Paris fantasmé. C’est la naissance de la culture Bitnik une fois la guerre terminée, un vent de liberté et de prospérité souffle sur l’Europe. C’est à cette époque que le photographe publie son album photo intitulé « Love on the Left Bank ». Ses photos font déjà fureur à l’époque et retiennent l’attention de ses contemporains.

La culture Bitnik

  Ce mouvement qui traverse les Etats-Unis et l’Europe de l’Ouest dans une moindre mesure. Le mot apparaît pour la première fois dans le roman d’époque « Sur la route » de l’écrivain américain Jack Kerouac. Il y décrit le train de vie d’une génération anticonformiste qui a soif d’aventure et d’évasion. Une culture qui signe les prémices de la tendance hippie qui suivra. Littérature, art et musique seront influencés par ce courant pacifiste qui veut définitivement rompre avec le passé et les valeurs d’avant-guerre. La politique et la religion s’en trouvent influencées aussi : les courants bouddhistes s’intensifie ainsi que les idées d’extrême gauche et les utopies anarchistes. Un courant de pensée pas tout à fait révolu et que vous pourrez apercevoir lors de votre visite á l’une des expositions les plus attendues de la saison.

Nos animations en lien avec l'article

Nous solliciter

Vous recherchez une activité Team Building originale pour vos événements ?

MadCityZen sur

Facebook

MadCityZen sur

Twitter

Top