Responsabilité sociale en entreprise

Dans : Blog > Actualité
  Publié le 27/12/2012 par Carole
  Bientôt 2013 et l’heure de prendre de bonnes résolutions pour commencer l’année du bon pied. Arrêter de fumer, se coucher plus tôt ou encore faire du sport, toutes ses résolutions sont le lieu commun des engagements de fin d’années. Mais les entreprises, elles-aussi s’engagent dans de nouveaux défis et se lancent dans les bonnes résolutions. Qu’ont-elles donc préparé pour l’année à venir ? Souvent nos propres bonnes résolutions ne durent pas bien longtemps et se prolongent rarement jusqu’à février, mais qu’en est-il de ses entreprises qui se mobilisent et qui prennent la décision de se responsabiliser et de se fixer des codes de conduite et des normes ?

La responsabilité sociale de l’entreprise : un enjeu de 2013.

  C’est l’Union Européenne qui pour la première fois utilise cette expression : responsabilités sociale de l’entreprise qu’elle nomme pour faire plus court la RSE. Elle signifie «l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes ». Désormais, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se fixer des codes de conduites et des valeurs maîtresses qui guident leur business. Les marques de vêtements les plus scrupuleuses contraignent leurs sous-traitants à respecter les lois et les valeurs adoptées concernant le travail des enfants, les salaires ou encore les conditions de travail. Les fabricants de trains de voitures, d’avions qui s’engagent à réduire les émissions de CO2 issues de leurs produits mais également de leur processus de fabrication se multiplient grâce à la pression de la tendance bio. La responsabilité sociale de l’entreprise est un concept qui repose sur une idée de l’entreprise quelque peu différente de celle habituellement conçue. L’entreprise est au cœur de la société, ce qui signifie qu’elle l’affecte et donc qu’elle agit sur les consommateurs et sur la structure de la société. Elle n’a donc pas seulement les actionnaires comme partenaires mais un vaste périmètre de responsabilité. Qu’il s’agisse des salariés, des consommateurs, des autorités politiques, des sous-traitants, toutes ces structures sont également concernées. L’entreprise doit donc toutes les prendre en compte et intégrer des préoccupations sociales et environnementales au cœur de son activité.

L’exemple de la Fnac : une entreprise engagée.

Certaines grandes enseignes comme la Fnac en France ont fait le grand saut. La société déclare le 16 janvier 2010 qu’elle compte se lancer dans une politique de développement durable. Le PDG Christophe Cuvillier s’engage en faveur de la diversité, soutient les associations qui luttent contre l’illettrisme, réduction de 20% de l’énergie issue de l’activité du groupe et ainsi de suite. L’entreprise, en difficulté depuis le boom des nouvelles technologies et du digital qui ralentissent la vente des CDs et DVD voit dans cette engagement une promesse de modernité et un regard vers le futur qui lui manque cruellement. C’est bien là l’ambiguïté de la démarche responsable de l’entreprise, une démarche toujours quelque peu intéressée par l’image, le prestige et la confiance qu’elle inspire. Mais au final, le plus important n’est-il pas que ces entreprises maintiennent leurs engagements.  

MadCityZen sur Facebook

MadCityZen sur Twitter

Top